Partageux rencontre des personnes cabossées par notre société libérale, change leur identité et ne mentionne ni son nom, ni sa ville pour qu'on ne puisse les reconnaître. « Devant la servitude du travail à la chaîne ou la misère des bidonvilles, sans parler de la torture ou de la violence et des camps de concentration, le "c'est ainsi" que l'on peut prononcer avec Hegel devant les montagnes revêt la valeur d'une complicité criminelle. » (Pierre Bourdieu) La suite ici.

lundi 11 août 2014

En levant les pattes

La chanson pour enfants compte une somme peu commune de niaiseries, médiocrités, nullités et Chantal Goya à oublier. 

Alors bien des parents sont fort ennuyés quand leurs petites oreilles commencent à réclamer. Partageux, solidaire, propose les Ours du Scorff. Les petits en raffolent. Et les grands prennent leur pied. 

Après des années de tournée les Ours ont raccroché. Mais ont laissé cinq petites galettes fort recommandées. En levant les pattes. C'est la chanson du lundi.

8 commentaires:

  1. chanson pour enfants de qualité, les Fabulettes d'Anne Sylvestre -

    Mamémo - Les déménageurs - Henri Dès et tant d'autres. Y a que l'embarras du choix

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr qu'il y a du choix. Mais si tu regardes de près, tu vas aussi trouver une foultitude de gros cacas. Et ça domine nettement, en quantité, les productions de qualité. Va faire un tour dans les bacs aux environs de Noël et fais mentalement deux tas. Tu auras une taupinière et un Himalaya. ;o) Bon, on est d'accord qu'une taupinière, c'est déjà beaucoup de grains de sable. ;o)

      Supprimer
  2. Salut Mr Partageux!
    Excellente cette chanson. On a l'impression d'une guitare médiévale, un son d'une autre époque, pas synthétique du tout. De plus il y a un travail à faire pour décrypter les paroles, ce qui ne peut pas faire de mal aux gamins à qui on mâche tout afin d'une digestion plus facile.
    Très bonne découverte.
    Du coup je viendrai plus fréquemment faire un tour chez vous. Merci pour l'invitation de l'autre jour. J'avoue qu'en ce moment, j'ai tendance à chercher les points communs, et il y en a plus d'un, que je pourrai avoir avec des gens dont à priori je ne partage pas l'opinion politique. J'aime l'idée qu'on puisse s'entendre malgré les divergences d'opinion.

    "Enn levaaantt les pattes les pieds!"

    Bonne journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pierre, cette histoire de points communs est très importante. Si on abandonne provisoirement nos drapeaux, pour se concentrer sur la vie quotidienne, alors on réalise que l'on partage beaucoup de points communs au delà de nos divergences partisanes. Par exemple je connais peu de gens qui refusent aux vieux ou aux handicapés le droit à une vie décente bien qu'ils soient improductifs. C'est cette base, Orwell la nomme common decency, que l'on devrait s'attacher à mieux cultiver car, au fond, hormis les dingues libéraux, nous souhaitons tous une société humaine. ;o)

      Supprimer
  3. Je trouve, même si ça peut paraître vulgarisant comme propos, que la musique d'autrefois élevait davantage l'âme de l'être humain qu'aujourd'hui. J'ai grandi avec la variété et les musiques électroniques (et aussi du rap) et j'ai toujours envié les gens qui savaient apprécier et décrypter la musique classique.
    Une grande partie de la musique d'aujourd'hui est conçue sur le même mode que la restauration rapide. De la musique prête à consommer, facile à comprendre mais qui vous fait un effet inverse de celle d'autrefois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette symétrie avec la restauration rapide est très parlante pour le fondu de musique(s) classique(s) que je suis. ;o)

      Faut pas hésiter à lire et commenter dans les profondeurs du blogue. Je suis convaincu que nous avons bien des vues communes malgré nos divergences partisanes.

      Supprimer
  4. Réponses
    1. À condition de bien rester dans la cadence ! ;o)

      Supprimer

Vas-y pour tes bisous partageux sur le museau !